Bayrou a fait un choix, personnel.

Il reconnaît qu’au sein du MoDem il y a des sensibilités, diverses.
Enfin, ai-je envie de dire. Des sensibilités plutôt à gauche, plutôt à droite et aussi au centre.

Mon choix personnel n’est pas une posture, c’est un choix aussi légitime et réfléchi que d’autres. Les errements de l’un ne rendent pas ceux de l’autre moins importants.

Je voterai blanc parce que j’ai le sentiment que c’est le meilleur choix eu égard à ce qui nous est proposé. Malheureusement, 30 ans de bipartisme et de dérives de la vie politique font en sorte que ce vote n’est pas pris en compte. Et ce n’est toujours pas une raison pour moi de choisir l’un ou l’autre des projets dont j’estime qu’ils ne seront pas en mesure d’être utiles à la France.

Voter blanc, c’est voter blanc. Ce n’est pas ne pas choisir. Ne pas choisir c’est ne pas aller voter.

Et moi aussi, personnellement j’ai choisi.


Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email